Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l’utilisation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Fermer

Les nouvelles habitudes pour cuisiner anti-âge

Profiter des bénéfices de la cuisine slow age et de certains aliments qui boostent la forme après 50 ans.

Et si le secret pour doper la longévité se trouvait dans une alimentation plus “slow” ? Dans une époque où l’on vit à mille à l’heure, ralentir et prendre le temps de manger sainement est essentiel pour booster sa forme et pour ralentir le processus de vieillissement.

Les secrets de l’alimentation anti-âge


“L’alimentation anti-âge est, de façon générale, une alimentation qui protège les cellules du fameux stress oxydatif, explique Nathalie Dessanti, rédactrice en chef du magazine Slowly Veggie. Il s’agit, non seulement d’adopter une alimentation saine, mais aussi un mode de vie sain” poursuit l’experte en slow food.

Dans l'assiette :
"On privilégie les aliments simples (non transformés industriellement), frais, crus (fruits et légumes crus à chaque repas), mais aussi les légumes secs et les céréales sans gluten, les tisanes et le thé vert bio de préférence, les poissons de qualité, les fruits secs non salés et un verre de bon vin rouge (pour sa richesse en polyphénols) par jour” conseille Nathalie. Traquez aussi les fruits et légumes bourrés de vitamine A, C, E et le sélénium.
- La vitamine A : facile, elle se trouve dans les fruits et légumes plutôt oranges comme la carotte ou les abricots) ou verts (salades, épinards...).
- La vitamine C : on la trouve du côté des agrumes.
- La vitamine E : dans les avocats et les bonnes huiles végétales.
- Le sélénium : dans les poissons gras

Au quotidien : 
Exit le tabac et les excès de gras , on crée les conditions d'une bonne hygiène de vie (avec la pratique du sport et un bon équilibre nutritionnel) qui luttent contre ce stress ou, mieux encore, en empêchent la formation.

La cuisine slow age : pour prendre soin de soi 

L’idée du slow age va bien au-delà de l'assiette. Manger slow est une façon de prendre soin de soi et nécessite de :
- Bien sélectionner ses aliments : en fonction de leur qualité, liée au mode de production et de distribution. Mais aussi, en fonction de leurs apports liés à nos besoins, à notre métabolisme, à notre profil physiologique autant que psychologique (théorie que l'on retrouve en Ayurveda).
- Bien les conserver : garder les fruits et légumes au frais, à l'abri de la lumière. Les consommer rapidement.
- Bien les préparer : privilégiez les modes de cuisson doux et le cru aussi souvent que possible.
- Bien les consommer : ne mangez pas sur le pouce devant votre ordi. Essayez de bien visualiser ce que vous mangez afin d'en tirer tous les bénéfices nutritionnels. Le tout dans une ambiance agréable loin de tout stress.

“ Plus qu’une ordonnance santé, il s'agit donc de manger tous les jours des aliments sains, adaptés à nos besoins structurels et conjoncturels. Écoutez-vous, écoutez votre corps, son ressenti face aux aliments et peu à peu changez au profit de ceux qui vous aiment aussi !” conclut Nathalie.

La Rédaction

Les plus lus

go to top
traceur fdp
loading : 0,749 sec